make-up

Cultural Appropriation

Si vous me suivez sur Instagram, vous n’avez pas dû échapper à la polémique sur mon dernier look.

En effet, j’ai publié vendredi soir une photo avec un cadrage comme celles-ci et il n’a pas fallu deux minutes pour que je me fasse insulter.
Je dirais que 3% des commentaires négatifs (600+ commentaires au total pour 3 900+ likes) s’adressaient à moi de manière respectueuse. Je pense que l’on peut s’adresser à quelqu’un avec qui l’on n’est pas d’accord avec respect. Ceci dit, cela n’engage que moi.

J’ai donc décidé de faire un article sur la « Cultural Appropriation » afin d’exposer mon point de vue sur le sujet. J’insiste donc bien sur le fait qu’il s’agit de mon ressenti personnel, avec la vision de ma propre culture envers les autres.


Voici donc la photo originale :

J’ai donc retenu que le problème n’était pas le maquillage en soi, mais plutôt le port de la coiffe.

J’ai donc supprimé la photo au bout de 24h pour la remplacer par celle-ci :

Et là, ça n’allait toujours pas car j’ai teint ma peau en rouge (??!!!) et que je porte un Bindi, que le Bindi n’est pas de la culture Native Américaine et que j’ai mélangé les genres, puisqu’en plus il y a des symboles Tribaux.

Mes questions sont donc : Pourquoi n’ai-je pas le droit de mélanger des parties de différentes cultures pour en faire une création unique ? Cela fait-il de moi quelqu’un d’ignorant en manque d’éducation ?
Q u ‘ e s t – c e   q u e   l a    » C u l t u r a l   A p p r o p r i a t i o n  »   ?
La définition brute étant la suivante (trouvée ici) :
– Appropriation Culturelle : Une personne ou un groupe « dominant » qui adopte des éléments culturels d’un groupe « dominé » (habillement, accessoire, coiffure, comportement, coutume… etc.) sans en connaitre l’histoire ni la symbolique et/ou pour des raisons superficielles (esthétique, mode… etc.).
L’A.C. est souvent associée au racisme car les personnes qui la pratiquent profitent de leur statut de privilégiés, du système raciste et du double-standard.
– Groupe Dominant : les personnes issues de la culture occidentale, le Japon (particulièrement sur l’Asie du Sud-Est. La culture japonaise est souvent fétichisée par les occidentaux, de nombreuses voix s’opposent sur une A.C. possible de cette culture)
– Echange culturel : Une personne issue d’un groupe dominant est invitée par un ou des membres d’un groupe dit dominé à participer à une coutume ou se voit offrir un symbole de cette culture.

Ce qui me dérange, c’est l’association au racisme. En quoi le fait de porter et de mettre en avant des accessoires d’une culture qui n’est pas la nôtre est raciste ?

Voici donc la définition du racisme (trouvée ici) :
Idéologie fondée sur la croyance qu’il existe une hiérarchie entre les groupes humains, les « races » ; comportement inspiré par cette idéologie.
Attitude d’hostilité systématique à l’égard d’une catégorie déterminée de personnes (ex : racisme anti-jeunes).

Donc, ce que je comprends c’est que le simple fait de dire que l’appropriation culturelle est perpétrée par un « groupe dominant » est raciste.

Dans mon cas, on m’a accusée de faire du « reverse racism » (retourner la situation, quoi) alors que je me suis faite insulter de « white moron », « white bitch », « white whore », « white people are disgusting », « I hate white bitches »… et bien d’autres ! On m’a aussi suggéré à plusieurs reprises ce hashtag : #stopwhitepeople2015
Voici ce qu’on peut trouver sur ce hashtag :

Je ne sais pas si c’est moi, mais ce que je vois c’est de la haine envers les personnes blanches. Je suis littéralement choquée d’être traitée de raciste par des gens eux-mêmes racistes à l’extrême.
On m’a dit que comme j’étais blanche, donc selon eux de la « race dominante » (ce sont leurs propos) je ne pouvais pas être victime de racisme. Ah bon ? Seules certains types de personnes peuvent être victimes de racisme ? Est-ce que le seul fait de penser cela n’est-il pas raciste, justement ?

J’ai sans doute blessé certaines personnes en portant la coiffe, ce que je peux comprendre, et je présente mes excuses aux personnes offensées. Par ailleurs, en aucun point ma photo et mon maquillage étaient racistes.
Si ça avait été dans un but raciste j’aurais dénigré cette culture au lieu de la magnifier.
Je ne dis pas que ce n’est pas de la « Cultural Appropriation », puisqu’en effet je n’appartiens pas à cette culture, mais ce n’était pas dans un but de moquerie…
Je ne pense pas que s’adresser à quelqu’un en l’insultant est bénéfique pour la compréhension des différents points de vue.
Je tiens à préciser que certains Amérindiens n’ont pas été heurtés par ma photo, et d’autres oui. Le sujet est donc flou. La plupart des gens agressifs étaient sans surprise des gens d’une culture différente de celle des Premières Nations.

L’appropriation culturelle est vraiment différente de l’appréciation culturelle. La frontière est en revanche très mince et c’est devenu un sujet très « touchy » de nos jours.
Je regrette, mais dire que seuls les « Blancs » font de l’appropriation culturelle est raciste en soi, même si bien évidemment le racisme est encore malheureusement très présent de nos jours, et j’insiste : envers tout le monde ! Sans même parler de couleur de peau.

Si l’on écoute les « activistes » (quels qu’ils soient), chaque culture devrait vivre dans son coin avec ses propres codes ? Ne pas se mélanger ? Je trouve au contraire que porter une coiffe indienne ou un Bindi peut inciter certaines personnes à s’intéresser à ce genre de choses et découvrir cette culture. Je trouve plutôt bien que le Bindi ait dépassé les frontières, même s’il n’a pas la même signification pour tout le monde. Pourquoi n’aurait-on pas le droit de porter quelque chose que l’on trouve joli ? En quoi la futilité est-elle un crime ? Le crime serait d’en connaître l’histoire et de faire exprès de le détourner pour le dénigrer.

Les mentalités et les codes évoluent… Et c’est plutôt bien pour le partage des différents modes de pensées.
Cela ne discrédite pas les horreurs subies dans le passé. Mais même si nous sommes les descendants de l’Histoire, les générations actuelles n’ont pas directement oppressé les « minorités », même si les stigmates restent pendant plusieurs générations. Je ne cherche pas à minimiser le problème.
C’est juste que, m’inspirer de différentes cultures qui ne sont pas les miennes pour créer un maquillage parce que c’est ma passion, et me faire accuser de raciste en me faisant insulter est beaucoup trop disproportionné. L’ignorance n’est pas un manque de respect, c’est juste de l’ignorance. Ce n’est pas un délit !
Revenons donc sur les différents types de « Cultural Appropriation » que j’ai illustré en faisant des recherches sur Internet :

L e s   c o i f f e s   d e s   N a t i f s   d ‘ A m é r i q u e s  :

A quoi servaient ces coiffes ?
De nombreux peuples amérindiens ont utilisé des coiffes en plumes, notamment d’aigles, comme éléments décoratifs ou comme signe distinctif du rang social. Les plumes avaient en outre des vertus magico-médicales ce qui donnait à cette coiffure une importance accrue. Chaque tribu avait son propre modèle de coiffure avec sa propre méthode pour les confectionner. Elles pouvaient leur attribuer un rôle culturel différent. (Définition trouvée ici)
Voir les différences entre les coiffes : ici.
De plus, il se pourrait que chaque plumes corresponde à un acte de bravoure accompli par un homme et qu’une femme n’ait pas le droit d’en porter, sachant que ces mêmes hommes violaient quotidiennement les femmes des tribus.
Elles ont aussi une signification religieuse. De nos jours des coiffes sont encore données en récompense à certains hommes.

L e   B i n d i  :

Qu’est-ce qu’un Bindi ?
Le mot « bindi » est tiré du mot sanscrit « bindu », qui signifie « la « goutte ». Traditionnellement, il symbolise le troisième oeil mystique d’une personne et son rapport avec le principe universel de la création. C’est un symbole de conscience, de bonne fortune et de festivité. (Définition trouvée ici)
Apparemment, le Bindi signifie donc qu’une femme est libre ou non, et il est également utilisé en Inde comme ornement à assortir avec son Sari. Il a bien évidemment aussi une fonction spirituelle.

L e s   d r e a d l o c k s  :

Que sont des dreadlocks ?
Les dreadlocks (littéralement mèches de la peur, cf. infra paragraphe Rastafari) ou cadenettes, appelées parfois tout simplement dreads ou locks ou encore rastas (à tort), sont des mèches de cheveux emmêlées naturellement. Au cours de l’histoire, les dreadlocks ont été portées par différents peuples sur différents continents. (Définition trouvée ici)
A la base donc, les dreadlocks étaient utilisées par les Egyptiens. Elles ont ensuite étaient aperçues sur les peuples africains (mais on ne peut pas parler d’appropriation culturelle puisqu’il ne s’agit pas, selon la définition, d’un « groupe dominant »…)
Les dreadlocks peuvent être l’expression profonde d’une conviction religieuse ou spirituelle, une manifestation d’une fierté ethnique, un rapport politique, ou être tout simplement une préférence de mode (encore une fois selon cet article).

L e   K e f f i e h  :

Que signifie le Keffieh ?
Le keffieh ou kéfié (de l’arabe: kūfīyä), est la coiffe traditionnelle des paysans arabes et des Bédouins, permettait de distinguer les citadins des ruraux. Il s’est généralisé au point de devenir un élément de costume commun à tous les bédouins et à tous les paysans d’Arabie et du Moyen-Orient.
Aujourd’hui, le keffieh est porté par toute la population arabe de la péninsule arabique, d’Irak, de Jordanie, de Syrie, et dans une moindre mesure en Afrique du Nord.
Devenu l’emblème des Palestiniens, il est désormais le symbole de la barbarie du Djihad. (Trouvé ici)
Il y a quelques années, le keffieh était très à la mode et porté par toutes les classes et toutes les cultures.

L e s    » C o r n r o w s  »  :

Que sont des Cornrows ?
Les cornrows , sont un style traditionnel africain de se coiffer où les cheveux sont tressés très près du cuir chevelu. Les Cornrows sont souvent formées, comme leur nom l’indique, en lignes droites, simples , mais peuvent aussi être formées dans des dessins géométriques ou curvilignes compliqués . (Définition trouvée ici)
Apparemment, elles auraient aussi une signification religieuse mais je n’ai pas trouvé d’articles précis là-dessus.
Voici les principales, bien sûr il en existe beaucoup d’autres.
Je pense par exemple que ne pas avoir le droit de porter des cornrows parce que l’on n’est pas noir et que l’on habite pas dans le Ghetto est une forme de racisme. C’est plutôt bien que ces « tendances » se développent dans toutes les cultures et les classes sociales. Cela n’empêche pas d’oublier l’Histoire.

Ce n’est pas le sujet de mon blog, donc je ne vais pas m’étendre davantage. Si c’est quelque chose qui vous intéresse, voici quelques articles ici, ici et ici. (Je précise qu’ils son orientés en faveur des gens qui se sentent oppressés).
En outre, j’ai juste l’impression que la « Cultural Appropriation » est un peu l’excuse ces dernières années pour s’énerver contre les autres. Et c’est bien triste parce que je pense que c’est plus profond que cela.

Tout avis est le bienvenue, du moment qu’il n’est pas insultant. Les commentaires seront modérés.

English version here

4 réflexions au sujet de « Cultural Appropriation »

  1. Cari

    Je vais pas mentir, je vais me coucher nettement moins bête ce soir.

    Pour ce qui est du racisme anti blanc, il existe bel et bien mais très minimisé car les blancs ont été une race qui en à écraser bien d’autre donc comme on est soi disant supérieur on doit juste fermer notre gueule. Bien que je déplore que l’homme blanc ce soit comporter comme un arriviste et un connard, nous sommes en 2015, presque 2016 et j’estime que le racisme est ce qu’il est. Si on me traite de sale pute blanche je prend ça comme raciste et discriminatoire mais je je sors un « ta gueule sale nègre/arabe… devine qui va avoir des ennuis? Ça existe… mais c’est comme la d’ici mina ton envers les femmes ou les personnes alternatives… on va fermer les yeux et dire que c’est un mythe.

    J’ai lu les réactions des gens et effectivement, c’est flou. Si tu écoute certains, déguiser ton gamin pour carnaval c’est s’approprier la culture… OK t’es fier de tes origines, je comprends. Mais flûte, ayez un peu d’ouverture d’esprit bordel. Si on ne sait plus faire la différence entre de l’art et du racisme, ou vas t on ?

    Je reste admirative de ce que tu fais et du travail que tu accompli. Reste toi même et ça ira. Des bisous

    Répondre
  2. will

    chère Marion,
    Bravo pour ta réponse, tu t’es donnée beaucoup de mal, et les c*onnards qui t’ont insulté n’en méritaient pas tant. Le monde est ravagé par la haine, et tout ce qui est un peu visible (toi, tu l’es) est victime un jour ou l’autre de cette haine gratuite, pour le simple besoin de dénigrer, abaisser, ridiculiser, culpabiliser. Mon sentiment est qu’il ne faut pas s’arrêter (ni, a fortiori, se justifier) face à cette haine anonyme. Ta démarche artistique, si elle est bienveillante et non provocante (tu le démontres ci-dessus) doit s’affranchir de cela, car elle est fondamentalement créatrice. Les haineux sont, à l’inverse, motivés par une intention destructrice. Pour ma part, j’ai choisi mon camp !
    Will

    Répondre
  3. Skin's Illusion

    Je comprends tout à fait ton point de vue et ton coup de gueule. J’ai eu le même souci avec un maquillage de Geisha, j’ai eu le droit à un commentaire certes respectueux mais qui me faisait clairement comprendre que je »n’avais pas le droit » de m’approprier ce style. J’ai décidé de garder la photo car j’estime qu’il n’y avait absolument rien de choquant/dégradant. C’etait une façon supplémentaire d’exprimer mon art et c’est justement ce que j’aime dans le milieu artistique : il n’y a pas de limite. Arrêtons avec ces remarques qui pointent un « pseudo-racisme » de la part d’autrui. Je trouve qu’il n’y a rien de plus beau de voir des personnes mettre en avant d’autres cultures, d’une manière ou d’une autre. L’art et la beauté sont partout.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *